Du 20 au 23 décembre 2017, une Mission conjointe des ministères des mines, de l’Economie et des Finances, de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Fiscalité Locale et de l’Assainissement, Environnement et Développement durable, accompagnée de l’Association malienne des municipalités et de l’Association des Cercles et Communes du Mali, s’est rendue à Sadiola ou elle a été reçue par le Directeur adjoint de la Société des Mines d’or de Mr Jean MORAIS, en présence des autorités Communales et Administratives, ainsi que les responsables locaux et coutumiers.

D’entrée de jeu, la délégation a réunie tous les acteurs pour une mise au point sur la maîtrise d’ouvrage des projets de Développement Communautaire après la fermeture de la Mine de Yatela, conformément aux dispositions du code Minier.
Au sortir de cette rencontre, la délégation s’est transportée sur le site de la carrière, ou deux jours auparavant, avait eu lieu un effondrement. Au constat, on se rend compte que le dispositif sécuritaire n’était pas renforcé ; pour preuve, le constat a été fait que des orpailleurs viennent nuitamment envahir la carrière afin de creuser et recueillir quelques minerais. Cela ne va pas sans mal, puisqu’au passage de la mission, des équipes étaient encore présentes pour extraire des décombres de blocs de terre, six d’une quinzaine d’orpailleurs ensevelis.
Pour une meilleure appropriation, la délégation nationale a bouclée sa sortie par la visite des infrastructures existantes de la Mine de Yatela dans le cadre de sa cession à l’Etat.

Le problème des effondrements de mines traditionnelles constitue l’un des axes sécuritaires et prioritaires sur lesquels, parmi tant d’autres, le Ministre des Mines, le Pr. Tiémoko SANGARE a tenu à réglementer le secteur de l’orpaillage ; désormais, n’est plus orpailleur qui veut, il faudra remplir des conditions préalables parmi lesquelles, avoir l’âge de 18 ans, présenter un justificatif identitaire et se prévaloir d’une carte d’accès sur un site.
Cette nouvelle organisation du monde des orpailleurs permettra non seulement de favoriser la traçabilité de notre or, afin que tous les maliens en profitent, mais de reclasser le mali en bonne position parmi les pays producteurs d’or.

Le chargé de Communication
Mines